Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

L'actualité de CENTURY 21 PPV' Immo

L'histoire du quartier des Demoiselles

Publiée le 18/04/2012

Ce quartier se partage entre Saint Jean de Monts et Saint Hilaire de Riez. En 1918, 3000 américains y aménagent un camp d’aviation et une route goudronnée pour faciliter le roulage des aéroplanes.  Cette route sera prolongée jusqu’à la mer en 1925 pour devenir l’avenue Valentin. Après le départ des troupes un vaste terrain devenait libre.  Valentin Guérin, le propriétaire, qui avait hérité de ces terrains par ses tantes, les demoiselles CHAILLOU, les a cédés à un industriel d’Angers.  C’est ainsi que le nom de ce nouveau quartier fut donné en leur mémoire.

Les premières constructions, à partir de 1925, modifièrent le paysage. Un centre commercial  s’installa près du rond-point des Demoiselles, une chapelle en 1932 ; la naissance d’un véritable quartier « les Demoiselles ».

L’Elysée, villa balnéaire construite en 1930 à l’entrée du quartier de la plage des Demoiselles, est un bel exemple d’éclectisme. Depuis 1920, il désigne l’architecture balnéaire sans souci de style architectural. La villa est un lieu où l’on passe essentiellement ses nuitées, la salle principale est le jardin d’été pour profiter dès le matin des bienfaits du soleil et de l’air marin.

La construction immobilière dans ce quartier est favorisée par le développement des transports publics et ne connaîtra aucune interruption jusqu’en 1939.

Cette villa à l’architecture si particulière reste le témoin des Trente Glorieuses : période qui laisse imaginer un avenir plus que prospère, le meilleur des mondes qui ouvre la porte à toutes les fantaisies, notamment dans l’architecture. Le béton, nouveau matériau, va révolutionner les techniques du bâtiment . Peu cher et pratique, il répond à l’exigence des Français de l’époque qui veut du « costaud ».

Notre actualité